Polémiques sur les agro-carburants au Sénégal

se préoccupe-t-on vraiment de l’intérêt des paysans ?

Le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde a publié sur internet un article intitulé "Les agro-carburants au Sénégal : la culture du Jatropha ne représente pas une alternative" (CADTM, décembre 2009), dans lequel il est fait référence au programme EESF. Les propos tenus dans cet article constituent un préjudice grave à une initiative portée depuis 2 ans par plus de 500 paysans.

En publiant des informations à l’emporte-pièce et non validées, les auteurs de cet article jettent un discrédit sur l’action, essentielle, de ceux qui, dans leur combat solidaire aux côtés des plus démunis, dénoncent l’incompatibilité d’une production industrielle de biocarburant à partir de plantations de Jatropha avec des objectifs de développement durable.

L’information sur le programme EESF diffusée sous la rubrique ’Présence étrangère et menaces pour les populations’ de cet article est absolument mensongère et dénature profondément à la fois les objectifs de ce programme et de la création de SOPREEF. Rappelons en effet que :

  • Cette initiative, conçue en concertation avec l’ensemble des acteurs ruraux concernés, est entièrement contrôlée par des acteurs sénégalais, et SOPREEF constitue un projet unique au Sénégal d’entreprise solidaire (voir plaquette jointe). Ainsi les paysans disposent d’un fort pouvoir de décision dans la définition des orientations du programme.
  • La plantation de Jatropha ne constitue pas une fin en soi.
    L’objectif du programme est de générer des revenus au profit de populations se trouvant dans une situation de pauvreté extrême, afin de leur permettre disposer de façon durable de l’énergie dont elles ont besoin pour le développement de leurs communautés et, de mettre en oeuvre une solution durable de traitement des eaux qu’elles consomment : plus de 20.000 personnes habitant dans la zone de Keur Cheikhou (communauté rurale de Djilor) ne disposent d’aucun accès à l’eau potable car les ressources qu’elles utilisent sont salées et présentent des concentrations en fluor extrêmement dangereuses pour la santé.
  • Le programme EESF, prend en compte les inquiétudes soulevées par le développement des biocarburants et travaille de façon responsable à l’intégration du Jatropha dans les systèmes de production paysans, cherchant des synergies notamment avec les filières arachide et sésame.

L’article du CADTM rappelle que le CNCR [1], principale plateforme paysanne au Sénégal, considère que l’objectif du gouvernement de ce pays, de réaliser à l’horizon 2012 quelques 312.000 ha de plantations de Jatropha, n’est pas une priorité pour le monde rural. Sidy Ba, co-signataire de cet article et porte-parole des producteurs d’arachide de la région de Kaolack, s’est d’ailleurs ainsi exprimé au cours d’une interview en mars 2009 : « Cultiver du jatropha à la place du mil, du maïs ou de l’arachide, c’est dire aux paysans : mourrez de faim demain ».

Mais les enjeux sociaux du développement rural ne peuvent se satisfaire de slogans aussi simplistes : des défenseurs sincères des intérêts du monde rural oseraient-ils nier la valeur des efforts consacrés par des paysans et une petite entreprise sénégalaise pour promouvoir un développement local et une agriculture durables ?

Le programme EESF n’est pas figé dans des options qui n’auraient pour objectif que de desservir des intérêts particuliers ; il a toujours été largement ouvert à toute contribution lui permettant d’approfondir sa stratégie et d’en renforcer la pertinence ; les partenariats qu’il a établi à ce jour visent en priorité le renforcement des capacités des paysans à s’approprier et mettre en oeuvre les valeurs et principes qui fondent un développement durable.

Il est temps que ceux qui luttent contrent le détournement de ressources du monde rural par des projets industriels et ceux qui luttent pour le développement des capacités du monde rural à prendre en main son avenir, enfin, se rencontrent.


[1] Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux


publié par   Bruno Legendre
le jeudi 17 juin 2010
 
 

A lire...

Brèves

27 janvier - Energie propre : c’est parti !

THD a conclu un accord de représentation de SOLEA, filiale de SIREA Groupe (France) au niveau de (...)

3 janvier - Une petite entreprise, mais un réseau international

SOPREEF a beau être à 5 heures de route de Dakar, perdue au milieu du delta du Saloum, elle est (...)

3 janvier - Huile de Jatropha

Fin de l’hivernage 2016 : en 8 ans, les paysans partenaires du programme EESF ont planté 300.000 (...)