Le programme EESF en 2011

Initiative locale pour un développement durable

Trois années après son lancement, le programme Énergie Eau Solidarité Foundiougne s’adresse aujourd’hui aux composantes clef d’un développement humain durable : développement de ressources énergétiques locales, accès à l’eau potable pour tous, éducation et promotion des valeurs de solidarité et d’équité, responsabilisation des collectivités locales, création d’emplois qualifiés en milieu rural, mise en œuvre d’un cadre organisationnel ouvert à la participation de tous...

Cinq composantes

Le programme Énergie Eau Solidarité Foundiougne s’articule autour de cinq thèmes qui en font une démarche cohérente et unique.

Ils sont considérés comme ’composantes’, donc éléments structurants, car ils sont porteurs d’objectifs qui leurs sont propres, exigent pour les réaliser que des ressources significatives, notamment humaines, y soient dédiées.

Énergie

Développement d’une ressource énergétique durable et maîtrisée par les acteurs ruraux.

La production d’huile végétale de haute qualité, à partir de Jatropha planté en haies, est intégrée dans les systèmes de production paysans. Elle servira notamment à approvisionner les centrales hybrides solaires/thermiques que l’ASER est en train de réaliser dans cette région ; elle peut aussi constituer une source d’énergie domestique en substitution au bois.

L’intégration de cette production dans les systèmes agricoles paysans amène à développer un ensemble d’activités qui contribuent à améliorer les performances de ces exploitations (amélioration de la productivité des cultures par la maîtrise des eaux de ruissellement, production de cultures fourragères associées, transformation des produits oléagineux permettant un accroissement de la valeur ajoutée et l’utilisation locale des sous-produits, etc...).

Eau Potable

Promotion de la mise en œuvre du Droit à l’Eau, reconnu en juillet 2010 par l’Assemblée Générale des Nations Unies comme un droit essentiel à la réalisation de tous les autres Droits de l’Homme.

Un premier dossier pour une desserte d’eau de qualité dans les 5 villages (2500 habitants) desservis par le forage de Sadioga. Le Conseil Rural de Djilor est impliqué, selon les principes énoncés par la loi SPEPA (2008) qui prévoit une maîtrise d’ouvrage communale du Service Public de l’Eau. Dans cette région où les ressources en eau sont fortement salées et fluorées, moins de 5% de la population a accès à une eau potable.

Cette initiative fait du programme un partenaire clef des collectivités locales dans la conception de plans locaux de développement pertinents et leur mise en œuvre.

Création d’emploi

Développement d’activités génératrices de revenus et création d’emplois qualifiés en milieu rural

Création d’huileries rurales décentralisées pour la valorisation des très nombreuses espèces oléagineuses que l’on trouve dans cette région : l’huilerie de SOPREEF assurera la formation des techniciens ruraux et leur apportera l’assistance technique et commerciale nécessaire pour garantir une production de haute qualité et organiser son écoulement.

La vocation de l’huilerie est d’animer une dynamique qui a pour résultat la création d’opportunités d’emplois valorisants pour des jeunes ruraux.

Éducation

Promotion auprès des jeunes des richesses de leur environnement, des opportunités que peut leur offrir leur région, des principes clef d’un développement durable.

Le programme encourage une contribution active des jeunes à l’action de leurs parents et à la mise en œuvre des droits de l’enfant, du droit à l’eau, des principes de solidarité et d’équité.... Cette année 20 écoles, implantées dans 4 communautés rurales, participent au programme. C’est activité est mise en œuvre en étroite collaboration avec l’inspection primaire départementale. Elle bénéficiera à partir de septembre 2011 de l’appui d’un jeune volontaire.

Cadre organisationnel participatif

Promotion d’un concept d’entreprise solidaire, comme moteur d’une stratégie de développement local durable

Chaque groupe d’acteurs concerné par l’objectif de développement du programme est invité à participer à voix égale, indépendamment de sa capacité financière, au processus de décision : une réflexion est en cours sur l’organisation de la participation des élus locaux, des femmes qui seront impliquées dans la commercialisation des produits, des employés et collaborateurs du programme (plus d’une dizaine actuellement)....

La mise en œuvre d’une telle approche suppose un investissement important dans la diffusion d’informations au sein de chaque groupe d’acteurs et la facilitation d’un dialogue entre eux avant toute prise de décision majeure au niveau de la direction du programme.

Par ailleurs, l’objectif est de promouvoir ce modèle, de le rendre reproductible à l’échelle aussi bien des unités de productions décentralisées que dans d’autres régions du Sénégal.

Démarche de mise en œuvre

Le programme n’identifie pas de ’bénéficiaires’, car ce terme est trop empreint d’une notion d’assistance ; il vise plutôt la promotion d’une relation solidaire et équitable entre acteurs, beaucoup plus contraignante mais source de nouvelles dynamiques. Chacune des parties prenantes est invitée à adopter une attitude responsable.

Les jeunes eux-mêmes, pour lesquels le programme cherche à créer au niveau local les conditions d’un avenir viable, ne ’reçoivent’ du programme qu’une invitation à y apporter leur contribution active.

C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu, et non la réalisation d’une ’opération’ quelconque : La solidarité ne peut être conscrite à un ’engagement à durée limitée’ ; le programme s’inscrit résolument dans la durée.

Enfin, la dimension solidaire du programme n’est viable que si elle s’inscrit dans un mouvement plus large qui la porte et qui donne à l’approche mise en œuvre sa légitimité. Le monde d’aujourd’hui est tellement complexe, que l’initiative ne peut trouver sa légitimité dans les limites géographiques de la région où sont ses intentions sont traduites en actes. La réflexion qui alimente la conception du programme et nourrit son évolution s’appuie sur un large partage de notre expérience et de notre conception de l’avenir, à travers la diffusion d’informations (chronique, site internet), l’organisation de rencontres ou l’accueil de stagiaires et de volontaires.


publié par   Bruno Legendre
le mardi 28 juin 2011
 
 

A lire...

Brèves

27 janvier - Energie propre : c’est parti !

THD a conclu un accord de représentation de SOLEA, filiale de SIREA Groupe (France) au niveau de (...)

3 janvier - Une petite entreprise, mais un réseau international

SOPREEF a beau être à 5 heures de route de Dakar, perdue au milieu du delta du Saloum, elle est (...)

3 janvier - Huile de Jatropha

Fin de l’hivernage 2016 : en 8 ans, les paysans partenaires du programme EESF ont planté 300.000 (...)