Cultivons la solidarité !

Paroles d’un ami

Cultivons la solidarité !

C’était le thème de l’édition 2013 des rencontres interscolaires du programme Energie Eau Solidarité Foundiougne. Elle a mobilisé pour sa préparation près de 1500 enfants. Et elle a reçu la visite de Haïdar El Ali et de El Hadj Ibrahima Sene.

La visite d’un ami

Haïdar est venu pour apprendre.

C’est lui qui l’a dit.

Cet homme-là, connu pour son engagement depuis plus de trente ans dans tous les combats pour la protection et la restauration de l’environnement, est venu se mettre à l’écoute des enfants.

Accompagné d’El Hadj Ibrahima Sene, le maire de Sokone, ils ont longuement regardé et échangé autour de chacun de 20 projets d’affiche qui étaient exposés, compositions des enfants de CM2 à partir de dessins réalisés par les plus petits. Les nombreux textes qui y étaient incorporés étaient de vrais textes d’enfants, expressions d’un beau travail de réflexion sur la solidarité conduit avec leurs enseignants.

Haïdar est aussi Ministre de l’Environnement et du Développement Durable. Mais il a accepté de nous rendre cette visite à titre personnel pour que cette journée reste celle des enfants, et qu’aucun protocole ne vienne les priver d’un temps précieux au cours duquel ils doivent élaborer un message à l’adresse de leurs parents et des partenaires du programme.

La solidarité, cela commence par le respect que l’on a pour le plus petit.

D’autant que la démarche de ce petit-là est parfois très riche de leçons : comme l’année dernière, chaque enfant, chaque enseignant, tout comme chacun des participants à la rencontre, a financé son déplacement pour qu’il n’y ait aucun doute sur la motivation de sa présence.

Et ça, Haïdar n’a pas manqué de le relever, visiblement impressionné.

Ministre aux pieds nus, Homme de coeur

Pendant que les enfants travaillaient par groupes, un débat a été ouvert avec les paysans et les instituteurs présents.

Quand on a un ministre en face de soi, on a de la peine à s’empêcher de demander de l’aide, d’attirer l’attention sur toutes les difficultés qu’on a.

Alors qu’il venait de relever les couleurs vives des dessins des enfants, signes d’optimisme dans l’avenir, Haïdar énonce tranquillement ça vision des choses : "Vous n’avez parlé que de vos problèmes, mais en vous entendant je n’ai vu que des solutions"...."La solution, c’est vous" ....et, parce qu’il est solidaire, "C’est nous la solution".

Il explique.

Tu veux reboiser ? On ne veut pas te donner d’arbres ! On veut que tu en produises !!!!

Tu penses que l’Etat est riche, avec un budget de 2.000 milliards de FCFA ? Des nombres comme ça, on ne sait pas trop ce que ça veut dire. Pour comprendre, rapportons cela à la dépense d’un père de famille qui aura dans sa poche 2000 FCFA pour sa dépense quotidienne : il consacrerait 800 FCFA pour l’éducation de ses enfants, et après avoir acheté de quoi faire nourrir sa famille, il lui resterait 20 FCFA (1%) seulement pour l’environnement !

Autrement dit pas grand chose...

Et de conclure : "Je ne ferai rien ! Si on attend que je donne quelque chose, quand je partirai (du ministère) on dira que je n’ai rien fait !!!".

C’est ça Haïdar : le courage de dire que tout seul on ne peut rien. Que sans la volonté de chacun on ne fera rien. C’est dans cette humilité-là que peut éclore la solidarité.

Depuis 30 ans il se bat, avec ce qu’il a sous la main, sa volonté et surtout une capacité extraordinaire d’entraîner des milliers de gens dans son sillage. Avec très peu de moyens, il a mobilisé pour planter des dizaines de millions de palétuviers, restaurant la fertilité de centaines d’hectares de rizières qui avaient été envahies par le sel. Mais avant cela, il avait fait interdire la pêche à la dynamite, sauvé les lamantins, déployé des brigades de lutte contre les feux de brousse.... Sans compter son combat contre l’utilisation de filets à maille fine en plastique et tous les rêves qu’il a dans la tête pour faire revivre des contrées que les hommes ont maltraitées et abandonnées.

Mais la force n’exclut pas la douceur, comme en témoignent ces mots sur lesquels il nous quitte, qui nous ramène non à lui et à ses projets politiques ou environnementaux, mais à nous mêmes et à notre propre œuvre :

"La solution, c’est de mettre en fleur l’esprit des enfants pour que germe dans leur coeur le besoin de planter un arbre".....

Comme un écho à cette affiche des enfants, qui sera plébiscitée par tous après son départ, et par laquelle nous laisserons les enfants dire à tous, tout au long de l’année à venir, ce que représente pour eux le programme EESF :

"Ndimbeuleunte moy Beugueunte Diapante" : La solidarité, c’est Aimer et s’Entraider...


publié par   Bruno Legendre
le dimanche 23 juin 2013
 
 
Ecoutez le message d'encouragement d'Haidar (...)
Ecoutez le message d'encouragement d'Haidar (...)
Un chemin difficile, mais le seul qui en vaille la peine...

Portfolio

Rencontre EESF 2013 - Photo de famille Equipe de coordination du programme EESF

Contributions

A lire...

Brèves

27 janvier - Energie propre : c’est parti !

THD a conclu un accord de représentation de SOLEA, filiale de SIREA Groupe (France) au niveau de (...)

3 janvier - Une petite entreprise, mais un réseau international

SOPREEF a beau être à 5 heures de route de Dakar, perdue au milieu du delta du Saloum, elle est (...)

3 janvier - Huile de Jatropha

Fin de l’hivernage 2016 : en 8 ans, les paysans partenaires du programme EESF ont planté 300.000 (...)