L’huile de neem, un biopesticide efficace


Le Neem pousse vite et son feuillage est épais : c’est surtout comme arbre d’ombrage qu’on le connait en Afrique de l’Ouest, et il est présent dans toutes les concessions. Mais ses propriétés antibactériennes, antifongiques, insectifuges et médicinales, que l’on découvre petit à petit grâce aux promoteurs de l’agriculture biologique, sont connues depuis l’antiquité en Inde, dont il est originaire.

SOPREEF, entreprise solidaire du département de Foundiougne, produit de l’huile de neem (Azadirachta indica) par simple extraction à froid. Elle obtient un excellent taux d’extraction, pouvant atteindre 20%, avec un débit de 3.2 litre d’huile brute à l’heure et une température en sortie de presse de moins de 40°C. Sa production actuelle est de 200 à 300 litres par an, avec un objectif d’au moins 1000 litres.

Pour vous aider à le connaître, voici quelques extraits d’articles scientifiques, et les liens pour les télécharger. On y trouvera notamment des listes d’insectes et maladies sur lesquels l’huile de neem ou des extraits de ses composants ont été testés avec efficacité.

Le neem, puissant pesticide biologique

Les effets antiparasitaires des extraits de graines de neem ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques à travers le monde. Elles ont démontré leur efficacité dans le contrôle de plus de 400 espèces d’arthropodes, nématodes nuisibles et diverses maladies des plantes.

L’huile de neem est ainsi utilisée dans le traitement d’acariens, pucerons, aleurode, mouche blanche, mouche du haricot, thrips, noctuelle de la tomate, pyrale, …

Les propriétés du neem sont dues à divers composants, dont l’azadirachtine est le principal, mais il y en a bien d’autres : dans sa thèse réalisée en 2010 à l’INP de Toulouse, Mamadou Faye présente une synthèse bibliographique des dosages efficaces des limonoïdes extraits de l’huile de neem, répondant aux jolis noms de Melantriol, Nimbine, Nimbidine, Nimbinine, Salannine, Azadirone, Azadiradione, Gédunine, Valassinine, …

Les remarquables propriétés insecticides de l’azadirachtine, active à des doses inférieures à 0,1 ppm, la placent comme l’une des plus prometteuses parmi les substances naturelles actives extraites des familles de plantes actuellement étudiées. Ses utilisations sont multiples, tant dans le domaine de la santé humaine (usages cosmétiques et médicaux) et animale que dans l’agriculture (fertilisant et pesticide).

Au moins 12 modes d’action de l’azadirachtine ont été répertoriés : elle peut agir comme répulsif, anti-appétant ou phagodissuasif ou encore comme régulateur de croissance pouvant affecter la ponte chez les femelles ainsi que la mue et la croissance des larves chez certains arthropodes, ovicide, larvicide, affaiblissant les insectes et inhibant leur résistance.

Une publication du département d’entomologie de l’université de Californie présente une synthèse des études réalisées sur les différents modes d’action de l’huile de neem ou de formulations à base d’azadirachtine.

Des études ont par ailleurs montré que l’huile de neem est encore plus efficace que l’extrait d’azadirachtine de même concentration, et soulignent l’importance d’évaluer l’effet total insecticide des extraits de neem et non pas uniquement leur concentration en azadirachtine (voir par exemple l’article « Neem Oil and Crop Protection : From Now to the Future » , publié dans Frontier in Plant Science en 2016).

Ainsi, du fait des ses multiples modes d’action et des synergies entre ses différents principes actifs, le développement de résistances à l’huile de neem est très peu probable. Des études sur le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) ont d’ailleurs montré que ce parasite pouvait, au bout de 40 générations, développer une résistance à l’azadirachtine, utilisée pure, neuf fois plus grande que par rapport au témoin, alors qu’aucune résistance au traitement à l’huile de neem n’a été observée.

Azadirachtine

Les effets de l’azadirachtine ont été observés chez plusieurs types de familles d’insectes avec une DL50 variant selon les espèces de 1 à 4μg d’azadirachtine par gramme d’insecte : Lépidoptères (papillons), Diptères (mouches, taons, moustiques,...), Orthoptères (sauterelles, criquets,...), Hyménoptères (avec un très faible impact sur les abeilles), Hémiptères (pucerons, …). Elle provoque une réduction de la prise de nourriture, du développement des larves et des pupes, la mort des larves pendant le processus de mue.

Elle s’est notamment montrée efficace, sur les insectes suivants : Charançon du riz (Sitophilus oryzae), Charançon du mais (Sitophilus zeamais), Capucin des grains (Rhizopertha dominica), Dermestre des grains (Trogoderma granarium), Bruche à quatre pattes (Callosobruchus maculatus), Bruche chinoise (Callosobrochus chinensis), Cocinelle mexicaine du haricot (Epilachna varivestis),Cicadelle brune du riz (Nilaparvata lugens), Chenille défoliante (Spodoptera litura), Tetranyques tisserands (Tertranchyus. Spp), Pucerons, Thrips de l’oignon (Thrips tabaci), Mouche du melon (Dacus cucurbitae), Mango fruit fly( Ceratitis cosyra), Mouche Mediterran des fruits (Ceratitis capitata), Teigne des cruciferes (Plutella xylostella), Noctuelle du riz (Sesamia inferens), Natal fruit fly (Ceratits rosa), Pyrale rouillee (Chilo suppressalis), ver de la capsule du cotonnier( Heliothis armigera)

Limites

Attention, l’azadirachtine agit sur les Nevroptères (insectes non phytophages et non nuisibles, utilisés comme organismes auxiliaires dans la protection des cultures), provoquant de sévères dégâts aux cellules du tube digestif des larves et aux cocons, dont une porosité accrue et une moins grande épaisseur des parois affecte la mue.

L’huile de neem n’est donc pas une solution miracle et absolue. Son utilisation doit s’intégrer dans une stratégie de lutte biologique raisonnée contre les parasites des cultures.

Par ailleurs, son utilisation en plein champ est limitée par son instabilité, due principalement à un taux élevé de photo-dégradation, sa faible rémanence et sa lenteur d’action comparativement à celle des pesticides conventionnels.
Protection des semences de maïs

Une étude réalisée au Cameroun a montré que l’huile et les poudres de feuilles et de graines de neem sont des ingrédients actifs alternatifs aux insecticides synthétiques dangereux utilisés pour la protection des semences de maïs et de sorgho contre les attaques des insectes ravageurs Sitophilus oryzae L., S. zeamais Motsch et Rhyzopertha dominica F.

Dans cette étude, la toxicité par contact et par ingestion des poudres de feuilles, d’amandes, de coques des amandes et de tourteaux et de l’huile de neem est évaluée sur les jeunes adultes de ces trois ravageurs, ainsi que son impact sur le pouvoir germinatif des semences traitées et la persistance de l’activité insecticide de l’huile, des poudres de feuilles et des amandes de neem.
Moustiques

Des produits à base de neem (huile de neem formulée 1 % et poudre de neem 0,3 %), fabriqués par une industrie sénégalaise (SENCHIM), ont été appliqués sur des larves et nymphes de moustique (Culex quinquefasciatus). L’huile de neem formulée 1 % s’est révélée efficace pour leur contrôle en milieu aquatique, aussi bien au stade larvaire (mortalité entre 52,1 et 80 %) qu’au stade nymphal (entre 0 et 14 % d’adultes envolés).

Fongicide

Des formulations à base de neem ont été utilisées également comme fongicides par exemple sur le chancre de la tige de la tomate, le blanc du concombre, le mildiou sur la vigne et en traitement préventifs de pathogènes attaquant sur les fuits après récolte, tels que Monilinia fructicola, Penicillium expansum, Trichothecium roseum and Alternaria.

L’huile de neem s’est montrée efficace dans le traitement du pois chiche contre Rhizoctonia solani, Sclerotium rolfsii et Sclerotinia sclerotiorum qui provoquent des dégâts considérables sur cette culture. Elle ralenti le développement de Fusarium oxypurum, sans toutefois l’éliminer complètement.

L’application d’une solution d’huile de neem à 3% a permis de protéger efficacement le piment contre le Mildiou pulvérulent. Elle a permis d’assurer un contrôle total de ce pathogène sous serre, se révélant plus efficace que le benlate (benomyl), traitement standard le plus utilisé de par le monde.

Produits


La pression à froid permet d’obtenir un taux de concentration en azadirachtine (principal composant actif) de plus de 1600 ppm.

Le tourteau de neem incorporé au sol stoppe complètement le développement de formes dormantes de Rhizoctonia Solani, maladie cryptogamique qui affecte diverses plantes à tubercules telles que la betterave et la pomme de terre, mais aussi la carotte, les endives…

Le traitement du sol avec le neem est efficace contre les nématodes et permet de contrôler les populations de champignons pathogènes dans la rhizosphère : l’application d’une tonne de tourteau par hectare a ainsi été plus efficace que le carbendazim sur la pourriture des racines de Fenugreek provoquée par Rhizoctonia sp..

Le tourteau de neem constitue également un amendement utile, ses qualités nutritives venant en synergie avec ses propriétés phytosanitaires : des analyses réalisées sur les tourteaux produits par SOPREEF ont montré des teneurs intéressantes en P (3462 ppm), K (12551 ppm), Ca (7667 ppm), Na (887 ppm), Mg (2076 ppm).

Disponibilité sur le marché

L’utilisation de l’azadirachtine en tant qu’insecticide est homologuée depuis 2000 au Canada et aux USA. Elle est autorisée en Europe par l’annexe II du règlement européen CEE/2092/91 en tant que pesticide biologique.

Les produits extraits des graines de neem ont été enregistrés sous les noms, par exemple, de Margosan-O, Neemix 4.5, Azatin-EC, Neem-EC, RH-9999, Agroneem aux États-Unis, Neemazal en Allemagne et Australie, Mubel en Espagne, Neemros, Neemroc et Saroneem au Kenya, et sous plus de 12 noms aux Indes dont Azadi, Margocide, Neemarin, Nimorich et NeemAzal.

En France, l’utilisation d’azadirachtine reste interdite faute d’AMM (autorisation de mise sur le marché). L’utilisation de pellets est par contre autorisée en tant qu’engrais ou amendement.

Références de publications scientifiques

1. Le Neem contre les insectes et les maladies
André Bélanger et Thaddée Musabyimana - Centre de recherche et développement de l’horticulture, Québec, 2005
2. Le neem, un insecticide biologique efficace
Département génie biologique de l’Université Paul Sabatier (Auch) et Solinat (Castres), 2008
3. Azadirachta indica : l’azadiractine est-elle le seul ingrédient actif ?
Marie-Josée Gauvin, André Bélanger, Roger Nébié et Guy Boivin - Article paru dans la revue Phytoprotection suite à la Conférence internationale francophone d’entomologie – Montréal 2002
4. Etude comparative de deux produits de neem (huile et poudre) sur les stades préimaginaux du moustique Culex quinquefasciatus (Diptera : Culicidae)
Fawrou SEYE, Raymond Demba NDIONE et Mady NDIAYE - Unité d’entomologie, rickettsiologie, bactériologie et virologie (UERBV), Laboratoire de biologie de la reproduction, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop (Sénégal) - Afrique SCIENCE Vol.2, n°2, 2006
5. Nouveau procédé de fractionnement de la graine de neem (Azadirachta Indica A. Jussi) sénégalais : production d’un bio-pesticide d’huile et de tourteau
Mamadou Faye, 2010 - Thèse de l’Institut National Polytechnique (INP) de Toulouse
6. Utilisation des produits dérivés du neem Azadirachta indica A. Juss comme alternatifs aux insecticides synthétiques pour la protection des semences de maïs et de sorgho dans la Vallée du Logone
Béranger Raoul Tamgno et Simon Léonard Ngamo Tinkeu - Universités de Douala et de Ngaoundéré - Sciences, Technologies et Développement, Volume 15, pp1-8, Février 2014
7. Fiche descriptive de l’Azadirachtine
National Center for Biotechnology Information (Etats Unis)
8. Review report for the active substance azadirachtin
Standing Committee on the Food Chain and Animal Health, 11 March 2011, in view of the inclusion of azadirachtin to Annex I of Directive 91/414/EEC - Base documentaire de l’Union Européenne
9. Neem Oil and Crop Protection : From Now to the Future
Estefânia V. R. Campos, Jhones L. de Oliveira, Mônica Pascoli, Renata de Lima,and Leonardo F. Fraceto - Frontier in Plant Science, 2016
10. Progress on Azadirachta indica Based Biopesticides in Replacing Synthetic Toxic Pesticides
Suman Chaudhary, Rupinder K. Kanwar, Alka Sehgal, David M. Cahill, Colin J. Barrow, Rakesh Sehgal, and Jagat R. Kanwar1 - Frontier in Plant Science, 2017
11. Activity and biological effects of neem products against arthropods of medical and veterinary importance
Mr S. Mulla Enn Tianyun Su - Department of Entomobgy, University of Califomia, Riverside - Journal of the American Mosquito Control Association, 1999
12. Antifungal activities of neem (Azadirachta indica) seed kernel extracts on postharvest diseases in fruits
Jingfa Wang, Jian Li, Jiankang Cao and Weibo Jiang - College of Food Science and Nutritional Engineering China Agricultural University - African Journal of Microbiology Research, 2010
13. Antifungal activity of neem
Parthasarathy Seethapathy -Department of Plant Pathology, Tamil Nadu Agricultural University - Agropedia, 2012

publié par   Bruno Legendre
le mardi 5 mars 2019
 
 

A lire...

Brèves

8 mars - Filière équitable

Le marché de la cosmétique naturelle explose. Les profits générés par la filière sont énormes. En (...)

27 janvier 2017 - Energie propre : c’est parti !

THD a conclu un accord de représentation de SOLEA, filiale de SIREA Groupe (France) au niveau de (...)

3 janvier 2017 - Une petite entreprise, mais un réseau international

SOPREEF a beau être à 5 heures de route de Dakar, perdue au milieu du delta du Saloum, elle est (...)